série "autonomie alimentaire" - je produis
ma nourriture

19 juini 2018

Afin de réduire son impact environnemental, il est souvent conseillé d'acheter des produits bio,  locaux, de saison, avec le moins d'emballage possible et d'origine végétale. Pour aller plus loin, on peut même produire sa nourriture est une action économique, écologique et bonne pour sa santé physique et mentale.


Afin de cumuler ces cinq qualités au meilleur prix (sans tirer les prix auprès d’agriculteurs surendettés),  j’ai réappris  à cultiver mes propres légumes et de planter un verger. Mon « supermarché » est à coté de ma cuisine. Il n'y a donc  aucun transport entre le fournisseur et le consommateur. De plus, je n'ai  plus besoin d'emballages car je  réalise mes propres confitures et mes sirops.

En faisant le choix de cultiver vos fruits et légumes, vous mangerez naturellement des produits de saison et d'une extrême fraîcheur bons pour votre . Et puis tous les jardiniers amateurs vous le dirons : jardiner à quelque chose de magique. Quand je sème  une graine et que je la voie germer, je m'émerveille chaque fois devant le miracle de la vie. L'émerveillement continue au quotidien quand je vois le plant de haricot ou de tomate pousser à plus de 2 mètres et m’offrir chaque jour des dizaines de kilos de délicieux légumes. De même quand une simple petite graine de courgette nous offre chaque semaine 3 courgettes pendant 2 mois. La nature est extrêmement généreuse quand on apprend à l'aimer.

Si vous avez un jardin, vous pouvez décorer vos plats avec de jolies fleurs telles que la bourrache, une plante adoré par les abeilles et qui pousse comme une mauvaise herbe. Les fleurs de capucine et d'hémérocalle font également partie de mes favorites et une fois plantées, elles reviennent chaque année. Cuisiner avec les fleurs est un luxe qui surprendra vos invités. Les fleurs sont en effet très peu présentes même dans les meilleurs restaurants car elle doit être servi dans la même journée que la cueillette pour garder une belle fraîcheur.

Si vous n'avez pas de jardins, rapprochez-vous des associations « Incroyables comestibles » ou des réseaux de prêt de jardin. L’association Terre de liens aide également les personnes qui n’ont pas le statut agricole d’acquérir un terrain de plusieurs ares (1 are = 1000m²) pour ceux qui ont un projet professionnel en lien avec de la culture respectueuse de la planète.

Enfin, produire sa nourriture c'est aussi réapprendre à faire soi-même et pas seulement du jardin. Un pain complet aux noix, du kéfir, des lentilles germées, du houmous , du lait végétalien sont des produits conseillés par les nutritionnistes et qui coûtent souvent cher surtout si on les achète bio.

- Les liens intéressants -

Le site des "Incroyables comestibles"

Le réseau "Prêter son jardin"

Le bon plan d'Adrien

Adrien, maraîcher-animateur nature à l’écocentre Alôsnys en Bourgogne

Les Catégories

Les Durées

En voir plus
En voir plus

Les Coûts

En voir plus
Partagez à vos réseaux 

- CC-By-SA Ça commence par moi 2019 -

  • Facebook
  • YouTube
  • iTunes
  • Twitter