l'argent ne fait pas le bonheur mais il fait le changement

29 décembre 2017

Crédit Photo - Lisa Hör du journal 18h39

Depuis que j'ai commencé l'aventure "Ca Commence Par Moi", on me demande souvent si je pense vraiment que ce que je fais sert à quelque chose? Voilà ce que j'entends: "tu es sûr que c'est en mangeant bio et en prenant ton vélo que tu agis concrètement pour une société plus respectueuse de l'environnement? Tu ne penses pas que tu te détournes des vrais problèmes en faisant ça? Et les politiques et les multinationales, t'en fais quoi?"

Et à chaque fois, je m'emballe un peu trop en affirmant qu'agir un peu tous les jours c'est mieux que rien et que je pense que les "vrais problèmes" sont souvent à notre portée à travers des actions simples et concrètes. C’est sans doute un peu naïf de ma part et pourtant, plus je creuse le vaste sujet de l’éco-citoyenneté et plus je me rends compte que les solutions pour un monde meilleur ne sont pas si compliquées que ça.

Premièrement (et préparez-vous car je le répèterais jusqu’à plus soif dans plein d’autres articles), il vaut mieux agir un petit peu que pas du tout. Et oui, plutôt que de dire: « j’ai l’impression que je n’y arriverais jamais" ou encore « je ne comprends pas la totalité du problème » pour légitimer son inactivité, mieux vaut s’y mettre, faire ce qu’on peut et avancer petit à petit pour commencer à se bouger dès aujourd’hui. Je pense sincèrement que le pire ennemi de la question écologique est de rester inactif par incompréhension ou peur de ne pas tout faire parfaitement.

Ceci étant dit, je suis d’accord avec ceux qui disent que manger bio et rouler en vélo, ce n’est pas suffisant pour régler la crise environnementale qui nous menace. Le problème est bien plus profond et pernicieux. Oui il faut améliorer la qualité de nos sols et de notre air, mais cela ne changera pas grand chose tant qu’on aura pas compris que notre pouvoir d’agir se situe dans chacun de nos gestes, dans chacune de nos décisions et dans chacun de nos achats.

Et notre monde tourne tellement autour de l’idée que la croissance éternelle est synonyme de réussite en tant que société que nous en venons à utiliser bien trop de ressources qui n’existent bientôt plus pour produire des choses dont nous n’avons besoin que nous payons avec de l’argent que nous n’avons pas encore.

Voilà ce à quoi il faut nous attaquer et voilà l’ambition que j’ai développé pour ma propre vie au fur et à mesure de « Ca Commence Par Moi »: agir au quotidien en connaissance de cause pour une société où le bonheur des êtres humains et le respect de la planète sont mis en avant. Et forcément, dans une société où tout est organisé autour de l’argent, c’est l’argent qui peut être un outil formidable pour construire un monde meilleur. Et c’est précisément là où se situe notre pouvoir, tous les jours, dans la manière dont on dépense (ou pas) notre argent.

Moi j’ai fait le calcul et aujourd’hui, plus des 3/4 de mes revenus sont dépensés avec des effets neutres ou positifs sur les autres êtres humains et sur notre environnement. Que ce soit en allant dans un restaurant bio, en faisant mes courses dans un supermarché coopératif, en achetant mes vêtements dans une friperie ou en consommant de l’électricité verte, mon argent sert à appuyer des alternatives éco-responsables qui font aujourd’hui que la société de demain sera pérenne.

Et 1/4 seulement de mes revenus vont dans des dépenses « conventionnelles » qui malheureusement ont un effet négatif puisque les entreprises qui reçoivent l’argent ont soit des pratiques critiquables (que ce soit dans la manière de traiter leurs employés, d’échapper à l’impôt ou en dégradant les éco-systèmes) soit en étant cotées en bourse où l’argent sert à faire encore plus d’argent et peut dangereusement fragiliser nos sociétés en quelques jours seulement (vous vous souvenez des dernières bulles boursières qui ont éclatées ces dernières années?).

Le hic c’est que ce 1/4 est assez difficile à réduire car il n’y a souvent aucune alternative durable pour remplacer ces dépenses dont je n’arrive pas à me passer…Par exemple, l’offre en biogaz est encore inexistante en France ou presque (souvenez-vous j’en parlais dans cet article) et je n’ai pas trouvé de meilleures options que Direct Energie qui est cotée en bourse. Pareil pour l’abonnement au téléphone et à Internet, je suis chez SFR et je n’ai jamais entendu parler de coopératives qui proposent une offre dans les télécommunications. Et puis c’est aussi le cas quand je vais dans un restaurant traditionnel qui s’approvisionne sans doute chez un grossiste avec des produits industriels bourrés de pesticides qui ne permettent pas une vie décente aux producteurs.

Enfin je dis ça mais il y a encore des endroits où j’ai des progrès à faire puisque j’ai souscrit des contrats chez des assureurs classiques pour mon appartement ou ma moto (que je n’utilise presque plus d'ailleurs) et je pense que je peux trouver des alternatives plus vertueuses. Voilà deux de mes résolutions pour 2018: trouver un assureur engagé et vendre ma moto!

Si les grandes multinationales, qui suscitent autant de controverses, n’ont plus mon argent alors elles n’auront plus de pouvoir sur moi. Et si nous sommes des centaines de milliers puis des millions à faire pareil, alors vous imaginez l’impact positif que cela peut avoir? Car toutes ces dépenses que je ne fais plus d’un côté, je les fais de l’autre, dans une économie locale à taille humaine qui porte des valeurs auxquelles j’adhère.

Et voilà comment avoir encore plus d’impact positif pour construire tous les jours un monde meilleur. On prend le vélo, on change de banque, on mange bio et on dépense son argent dans une économie locale, respectueuse des autres êtres humains et de l’environnement.

Si tout le monde faisait ça, j’avoue que j’ai du mal à imaginer l’ampleur des changements positifs que cela produirait tellement cela pourrait être énorme. Et comme en plus une fois qu’on s'y est mis, on ne peut plus s’arrêter en si bon chemin, ensuite on se met à consommer moins mais mieux et à agir sur le plan politique de manière plus régulière, mais ça, je vous en parlerai aux prochains épisodes…

- Les liens intéressants -

"Trier, manger bio, prendre son vélo...ce n'est pas comme ça qu'on changera la planète"

"À fond pour vivre sans un rond : 5 exemples à suivre"

L'utopie d'Eotopia : pour un monde qui consomme mieux

Le calcul détaillé de mes dépenses mensuelles (cliquer pour agrandir) :

Les Catégories

Les Durées

En voir plus

Les Coûts

En voir plus
En voir plus
Partagez à vos réseaux 

- CC-By-SA Ça commence par moi 2019 -

  • Facebook
  • YouTube
  • iTunes
  • Twitter