12 mois, on fait le bilan

06 septembre 2017

Après avoir changé radicalement mes habitudes pendant un an en testant et en adoptant 365 actions qui changent le monde, j’ai voulu mesurer l’impact que j’avais sur la planète. L’idée était non seulement de mesurer mes progrès en matière d’éco-responsabilité mais aussi de pouvoir valider concrètement, en utilisant des méthodes scientifiques, le fait que changement le monde, tout le monde peut le faire.

 

Pour ce faire et après plusieurs heures sur internet à comparer les différents éco-calculateurs disponibles, j’ai décidé de mettre en avant 3 tests : 

  1. Le premier test a été créé par le « Global Footprint Network » (qui est l’institut en charge de calculer chaque année le jour du dépassement) et il permet de calculer mon empreinte carbone et mon empreinte CO2. 

  2. Le deuxième permet de mesurer ma consommation d’eau, aussi bien visible (eau de la douche ou des toilettes, etc…) qu’invisible (fabrication de textile, élevage d’animaux, etc…)

  3. Enfin, le dernier test permet de calculer l’empreinte carbone de son argent pour mesurer l’impact environnemental de l’utilisation réelle de l’argent que nous confions aux banques.

 

Après avoir passé beaucoup de temps à tester ces calculateurs en ligne, je tiens à insister sur le fait que ces calculs donnent des chiffres à titre indicatif. Même s’ils sont basés sur des méthodes scientifiques précises, ces tests ne peuvent jamais être parfaitement exhaustifs et ils servent surtout à donner un ordre d’idées pour que chacun puisse se rendre compte plus concrètement de son impact sur la planète.

 

Ce qui est en ressort en tout cas c'est que si tout le monde vivait comme moi on aurait seulement besoin d'utiliser 70 % des ressources que la Terre peut produire durablement en un an. 0,8 planète donc quand à l'heure actuelle nous consommons ce que produirait 1,6 planète...la preuve que redresser la barre au niveau écologique n'est en fait pas si compliqué et que tout le monde peut faire pencher la balance du bon côté.

 

Et en plus, dans mon cas, je me dis, par exemple, que mes pratiques zéro déchet (plus d’emballages, produits d’entretien et de soin faits maison) ainsi que mes nouvelles pratiques en matière d’approvisionnement (électricité 100% verte et une partie en biogaz) et de consommation d’énergie proactive et mesurée doivent sans doute encore plus réduire mon empreinte écologique. Sans compter sur les activités positives de bénévolat, de jardinage, de plantation d’arbres ou encore de participation à des programmes de compensation carbone….

- Les liens intéressants -

Le rapport détaillé de mon empreinte sur la planète (cliquez sur l'image pour l'agrandir):

Les Catégories

En voir plus

Les Durées

En voir plus

Les Coûts

En voir plus
Partagez à vos réseaux 

- CC-By-SA Ça commence par moi 2019 -

  • Facebook
  • YouTube
  • iTunes
  • Twitter